Résumé du livre l’art de la guerre de SUN TZU : Comment gagner une guerre avant qu’elle ne commence

Résumé du livre l’art de la guerre de SUN TZU : Comment gagner une guerre avant qu’elle ne commence

L’art de la guerre de Sun Tzu fait partie des œuvres classiques qui ont marqué l’histoire. Il a été écrit au Vème siècle avant J-C soit plus de 2500 ans aujourd’hui. Finalement vous ne trouverez que très peu d’informations sur Sun Tzu, mais reste l’un des meilleurs livres en termes de stratégie de guerre. Il peut s’adapter aux stratégies d’entreprises, création d’entreprise, le domaine associatif mais aussi face à des “potentiels ennemis” que vous pourriez rencontrer au cours de votre vie. 

Cette œuvre est composée de 13 chapitres bien distincts, mais sans être des thèmes différents. On peut avoir l’impression que les chapitres se répètent, mais il s’agit plutôt de 13 réflexions regroupées dans un seul livre. On peut dire que malgré le nombre de siècle que cette œuvre a traversé, il reste plus que jamais d’actualité.

Comme dit un peu plus haut, ce livre s’adapte à plusieurs situations et je pense que chaque personne qui souhaite entreprendre doit absolument lire cette œuvre.  

Vous découvrirez aussi dans cette oeuvre : 

  • que le maître mot de la doctrine de Sun Tzu est la duperie ou l’art de tromper l’adversaire pour mieux l’anéantir 
  • que pour Sun Tzu, la guerre est trop destructrice pour être confiée à n’importe qui 
  • que si le souverain qui guide le pays vers l’affrontement, c’est au général et à lui seul de mener les troupes 

L’art de la guerre article 1 : De l’évaluation

Essentiel et simplicité (15)

Sun Tzu explique que la guerre est primordiale pour l’état, la conservation ou la perte de l’état en dépendent. Ne pas en réfléchir sérieusement peut amener à la perte de cet état. 

Pour connaître la victoire dans toutes les batailles, il existe 5 éléments de base à connaître. La doctrine, le temps, l’espace, le commandement et la discipline. 

  • La doctrine : elle fait naître l’unité de pensée, elle rend plus courageux face aux malheurs, et face à la mort
  • Le temps : Il faut apprendre à agir au bon moment
  • L’espace : toujours choisir le bon terrain
  • Le commandement : faire preuve d’équité, d’amour, de courage, de dignité et l’empathie envers les hommes qui nous accompagnent
  • La discipline : Apprendre à ne pas baisser sa garde, connaître la stratégie et tous les choix qui s’offrent à nous

Vos généraux seront des admirateurs de vos capacités et vos vertus, et vous serviront plus par plaisir que par obligation, et les soldats donneront le maximum dans la bataille. Cela assurera votre victoire. 

Estimé et respecté, les peuples voisins se rangeront sous votre étendard. 

Avec la discipline, vous saurez d’avance si vos ennemis sont plus forts que vous ou non. Ainsi vous éviterez de perdre du temps dans la bataille. 

Au moment où vous décidez de vous lancer, cachez votre supériorité, et faites semblant d’être dans le désordre tout en laissant croire à votre ennemi qu’il a l’avantage sur vous. Finalement attaquez au moment et l’endroit ou il s’y attend le moins. 

Enfin évitez au maximum que votre sort ne dépendent que d’une bataille.

L’art de la guerre article 2 : De l’engagement  

Si vous avez les ressources (hommes et armes) pour mener une bataille ne la repoussez pas. Si vous voulez gagnez allez à la victoire tout de suite. Si vous attendez trop ça sera votre ennemie vous attaquera en premier lorsque vos hommes seront démotivés et vos armes rouillées. 

Rien ne fatigue plus une armée que l’inaction, ne mobilisez pas vos soldats pendant plusieurs années sans les faire combattre. Vous risquez la défaite assurez. 

Soyez toujours prêt à mener une bataille, et ne perdez pas une seule occasion de le mettre en difficulté. Trouvez des moyens de l’iriter et de l’affaiblir. 

Traitez les prisonniers ennemis comme vos propres hommes, faites en sorte qu’ils se sentent plus à l’aise à vos côtés que de l’ennemi.

“L’essentiel est dans la victoire et non dans les opérations prolongées.”

L’art de la guerre article 3 : Des propositions de la victoire et de la défaite  

Essentiel et simplicité (16)

Conserver les possessions et tous les droits du prince que vous servez, voilà quel doit être le premier de vos soins ; les agrandir en empiétant sur les ennemis, c’est ce que vous ne devez faire que lorsque vous y serez forcé.

Sun Tzu conseille de rester sur vos territoires et ne déclarant la guerre qu’en dernier recours. Tout en entretenant et conservant les territoires ennemis, et non en les détruisant. 

Il vaut mieux que l’armée de l’ennemie soit faite prisonnière plutôt que détruite, il importe d’avantage de prendre un bataillon intact plutôt que détruite. Ainsi vos troupes ne seront pas épuisées et vos gains seront complets. 

Les 5 clés qui mènent à la victoire sont 

1. Savoir choisir le bon moment pour combattre et le bon moment à ne pas combattre.

2. Savoir économiser ou déployer toutes ses forces selon les situations.

3. Savoir choisir ses hommes.

4. Savoir se préparer à affronter votre ennemi avant que celui-ci le devienne.

5. Être à l’abri des mauvais choix du prince qu’il ferait pour sa gloire.

« Connais ton ennemi et connais-toi toi-même ; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux. Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales. Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par tes défaites. »

“Celui qui n’a pas d’objectif ne risque pas de les atteindre” 

L’art de la guerre article 4 : De la mesure dans la disposition des moyens 

Sun Tzu dit : Anciennement ceux qui étaient expérimentés dans l’art des combats se rendaient invincibles, attendaient que l’ennemi soit vulnérable et ne s’engageaient jamais dans des guerres qu’ils prévoyaient ne devoir pas finir avec avantage.

Le meilleur des guerriers ne trouve pas de difficulté dans le combat, ils n’engagent la bataille qu’après avoir créé des conditions appropriées. Ils ont tout prévu, connaissent la situation de l’ennemi, leurs propres forces et leurs propres faiblesses. Ils savent s’ils peuvent gagner ou perdre. 

Le commandant habile ne prend jamais le risque de subir une défaite, il ne manque jamais une chance de prendre l’avantage sur son ennemi.

“Sachez attendre le bon moment avant de passer à l’attaque”  

L’art de la guerre article 5 : De la contenance

Essentiel et simplicité (17)

Sun Tzu dit : Généralement, le commandement du grand nombre est le même que pour le petit nombre, ce n’est qu’une question d’organisation. Contrôler le grand et le petit nombre n’est qu’une seule et même chose, ce n’est qu’une question de formation et de transmission des signaux.

Ayez les noms de tous les officiers tant généraux que subalternes; inscrivez-les dans un catalogue à part, avec la note des talents et de la capacité de chacun d’eux, afin de pouvoir les employer avec avantage lorsque l’occasion en sera venue. Faites en sorte que tous ceux que vous devez commander soient persuadés que votre principale attention est de les préserver de tout dommage.

Sun Tzu nous apprend donc qu’il faut absolument connaître les talents des soldats. Et ensuite les utiliser à leurs avantages. 

La force directe est le fait d’attaquer de face votre ennemie, et la force indirecte est le fait d’attaquer de là où on ne vous attend pas. 

L’auteur explique que la force directe est limitée, tandis que la force indirecte est illimitée. 

Vous devez maîtriser un art qui est plus grand que celui de la guerre : l’art d’influencer vos ennemis. Poussez vos ennemis comme si vous poussiez un rocher en haut d’une montagne. Cela demande peu d’effort, mais le rocher tombera tout en bas de la montagne. 

Pour conclure

L’art de guerre est un livre composé de 13 chapitres expliquant les meilleures stratégies à adopter en cas de guerre et/ou pour tenir correctement un état.

Aujourd’hui on peut clairement dire que les techniques dans cette œuvre ont été reprises et adaptées dans le domaine du développement personnel, mais aussi dans l’entreprenariat et le management. Il a inspiré les plus grands leaders et dirigeants d’entreprises.

Avec un peu de réflexion, vous pouvez adapter les multiples techniques et stratégies appris dans cette œuvre que ça soit dans votre vie personnelle, mais aussi professionnelle. 

5 leçons à retenir 

Essentiel et simplicité (18)

Leçon 1 : “l’art suprême de la guerre consiste à dompter son ennemi sans même se battre”

Leçon 2 : “Au milieu du chaos se trouve toujours une opportunité”

Leçon 3 : “Paraissez inférieur et encouragez son arrogance” 

Leçon 4 : “Les guerriers victorieux gagnent d’abord et vont ensuite en guerre, tandis que les guerriers défaits vont à la guerre puis cherchent à gagner” 

Leçon 5 : “L’excellence suprême consiste à briser la résistance de l’ennemie sans même avoir à se battre” 

 

Points positif : 

  • Livre philosophique basé sur la recherche d’information

  • Stratégie adaptable dans tous les domaines 

  • Adaptable aux stratégies d’entreprises, d’entrepreneur et de management

  • Livre de stratégie indispensable

  • Apprentissage des stratégies de guerre 

  • Livre ayant traversé l’histoire (XXV siècle)

  • Contenu inspirant 

 

Point négatif : 

  • Pas d’exemple concret

  • Il faut adapter le récit de base (la guerre) à notre situation personnelle

  • L’auteur peut parfois envoyer un sentiment de prétention

Vous souhaitez en savoir plus sur l’art de la guerre, retrouvez le livre sur Amazon.fr

Note : 4.5/5 (983 évaluations)

PASSEZ A LA VITESSE NINJA !

VOUS SOUHAITEZ PASSEZ A LA DEUXIÈME VITESSE ET APPRENDRE COMMENT LIRE 2 FOIS PLUS VITE TOUT EN AMÉLIORANT VOTRE CONCENTRATION. 

RÉCUPÉREZ VOTRE E-BOOK GRATUITEMENT EN CLIQUANT ICI !

Partage la connaissance

Laisser un commentaire